Vous êtes ici

RUY BLAS

  • DE
    Victor Hugo
  • MISE EN SCÈNE 
    Yves Beaunesne
théâtre | création
RUY BLAS © Serge Bloch
  • 26 Février 2020 - 15 Mars 2020
lundi au samedi 20h , dimanche 15h30, Attention : samedi 29 février, représentation à 18h dans le cadre d’« Un après-midi en famille », Relâche le mardi
Durée
estimée : 2h15 – salle Roger Blin

Depuis son aventure du Cid en 2016, ayant pris goût aux alexandrins, le metteur en scène Yves Beaunesne attendait avec impatience de se confronter à nouveau à un de ces textes éternels qui permettent de mettre à distance et en perspective notre époque. L’occasion lui en est enfin donnée cet été dans le cadre d’une invitation au Château de Grignan, qui se prolongera à Saint-Denis. Il choisit une pièce à la fois très connue et peu montée : Ruy Blas. Il y a, avec ce Hugo qui se montre si sensible aux désordres du monde, un conte de fées – un valet aime la reine et devient son premier ministre –, un mélodrame – deux cœurs purs saisis d’amour fou succombent à un serpent machiavélique –, une tragédie sociale – malgré sa valeur, un prolétaire meurt victime de la tyrannie des grands –, un drame romantique – puisque l’homme du peuple a le génie pour couronne, sa place n’est plus dans les marges ou les bas-fonds, mais au sommet de la société –, et une comédie avec ses scènes cultes que n’ont pas reniées Louis de Funès et Yves Montand.

François Deblock sera Ruy Blas. Depuis le début de son parcours, il est l’un des comédiens fétiches de Jean Bellorini (Paroles gelées, La Bonne Âme du Se-Tchouan, Karamazov ), un jeune acteur happé autant par le théâtre (Prix Beaumarchais, Molière de la révélation théâtrale) que par le cinéma (avec Gérard Jugnot, Louane Émera, Géraldine Chaplin…). La jeune reine sera incarnée par Noémie Gantier qui, depuis plusieurs années, porte haut les couleurs du travail de Julien Gosselin. Autour d’eux, une sacrée troupe composée de fidèles comme Marine Sylf, Fabienne Lucchetti, Maximin Marchand, et de nouveaux camarades comme Thierry Bosc, Jean-Christophe Quenon, Guy Pion.

Le drame tient de la tragédie
par la peinture des passions,
et de la comédie par la peinture
des caractères.
Le drame est la troisième grande
forme de l’art, comprenant,
enserrant, et fécondant les deux
premières.
Corneille et Molière existeraient
indépendamment l’un de l’autre,
si Shakespeare n’était entre eux,
donnant à Corneille la main gauche,
à Molière la main droite.
De cette façon, les deux électricités
opposées de la comédie et
de la tragédie se rencontrent,
et l’étincelle qui en jaillit, c’est
le drame.

Victor Hugo, préface à Ruy Blas

Avec Thierry Bosc, François Deblock, Zacharie Féron, Noémie Gantier, Fabienne Lucchetti, Maximin Marchand, Guy Pion, Jean-Christophe Quenon, Marine Sylf
Et les musiciennes Anne-Lise Binard et Elsa Guiet

Conseil artistique Marion Bernède | Dramaturgie Jean-Christophe Blondel | Scénographie Damien Caille-Perret | Lumière Nathalie Perrier | Création musicale Camille Rocailleux | Costumes Jean-Daniel Vuillermoz | Maquillage, coiffures et masques Cécile Kretschmar | Maître de chant Haïm Isaacs | Assistanat à la mise en scène Pauline Buffet, Laure Roldàn

Production La Comédie Poitou-Charentes / Centre dramatique national, avec le soutien du ministère de la Culture (Drac Nouvelle-Aquitaine), de la Région Nouvelle-Aquitaine et de la Ville de Poitiers. Coproduction Fêtes Nocturnes du Château de Grignan, Théâtre de Liège, Théâtres de la Ville de Luxembourg, Théâtre Montansier, Théâtre d’Angoulême - Scène nationale. Avec la participation artistique de L’ENSATT et du Studio-Théâtre d’Asnières.