Vous êtes ici

REQUIEM

musique - poésie
  • Poèmes d'
    Anna Akhmatova
  • 3e suite pour violoncelle seul, opus 87 de
    Benjamin Britten
  • 14 Janvier 2017 - 15 Janvier 2017
 © Serge BLOCH

Si les mots de la poétesse russe Anna Akhmatova, interdite de publication par le régime stalinien, parviennent encore jusqu’à nous aujourd’hui, c’est qu’elle les a d’abord inscrits dans les esprits avant de les figer sur le papier. Elle a confié à la mémoire de ses amies les douze poèmes et la préface de Requiem, composés entre 1935 et 1938. André Markowicz, traducteur des plus grands auteurs russes, compagnon de longue date du TGP, propose avec ce concert-lecture une expérience similaire : confier, dans l’instant, les mots parlés, langues mélangées ; délivrer les poèmes dans l’immédiateté, de bouche à oreilles, de coeur à coeur.
Les mots incandescents d’Akhmatova traversent le temps, et l’on entend pleinement la terreur totalitaire, la séparation d’avec les proches, la révolte et la colère, le rythme des saisons, les instants sauvés par la beauté.
La violoncelliste Sonia Wieder-Atherton, en choisissant de faire entendre les notes de Benjamin Britten en regard des mots d’Anna Akhmatova, ouvre un espace sonore inattendu, hors de toute illustration. Le dialogue entre les cordes et la voix s’installe pourtant comme une évidence, tant la charge émotionnelle et l’épure formelle des deux matériaux se font écho.

Je suis le contemporain d’Anna Akhmatova.

Ossip Mendelstam

Avec Sonia Wieder-Atherton (violoncelle) et André Markowicz