Vous êtes ici

AMPHITRYON

théâtre
création
  • DE
    Molière
  • MISE EN SCÈNE
    Christophe Rauck
  • AVEC LA TROUPE DE L’ATELIER DE PIOTR FOMENKO (Moscou)
  • 20 Mai 2017 - 24 Mai 2017
 © Serge BLOCH

Amphitryon, chef des armées de Thèbes, est parti à la guerre. Son épouse, la belle Alcmène, est tout aussi surprise de le voir revenir un soir qu’heureuse de passer une nuit d’amour inattendue. C’est qu’elle ignore que sous les traits de son époux, se cache Jupiter, le dieu des dieux, profitant de l’absence du maître de maison pour en prendre la place. Quand le lendemain, le véritable Amphitryon se présente dans sa demeure, il est accueilli par Mercure, allié de Jupiter, qui a pris les traits du valet Sosie pour embrouiller encore davantage les esprits. Alcmène est déroutée, sa suivante étonnée, jusqu’à ce que Jupiter apaise les coeurs en dévoilant ses projets.

Après sa récente mise en scène de Figaro divorce de Ödön von Horváth, Christophe Rauck revient au théâtre classique, dont il a déjà exploré deux des chefs d’oeuvre, Phèdre de Racine et Les Serments indiscrets de Marivaux, créés au TGP il y a quelques années, lorsqu’il en assurait la direction. Si Amphitryon – l’une des rares  comédies de Molière écrite en vers – est peu joué, sa verve et son humour égalent les plus fameuses pièces du brillant auteur. L’originalité de la proposition ne s’arrête pourtant pas au choix du texte, car les acteurs qui le porteront sont issus d’une des plus célèbres troupes de Russie : l’atelier de Piotr Fomenko. Ce sont ceux de la première heure, ceux qui ont forgé la légende des « Fomenki » et qu’on a pu voir jouer dans Loups et Brebis d’Alexandre Ostrovski, Guerre et Paix de Léon Tolstoï ou Les Trois Soeurs d’Anton Tchekhov, qui incarneront les héros trompés, les dieux manipulateurs, les valets impertinents et leurs nombreux doubles… Cette rencontre du classicisme à la française – sur fond d’amours galantes – et de la fougue slave ne devrait pas manquer de provoquer la tension et l’étrangeté qui sont chères au metteur en scène.

Mercure :
Que vos chevaux, par vous au petit pas réduits,
Pour satisfaire aux voeux de son âme amoureuse,
D’une nuit si délicieuse Fassent la plus longue des nuits.

Molière, Amphitryon

Avec les comédiens de l’Atelier Piotr Fomenko, Moscou : Ivan Verkhovykh, Ksenia Koutepova, Vladimir Toptsov, Andrei Kazakov, Polina Koutepova, Karen Badalov, Roustem Youskaïev, Oleg Lioubimov

Dramaturgie et assistanat à la mise en scène Leslie Six | Scénographie Aurélie Thomas | Lumière Olivier Oudiou | Son Xavier Jacquot | Costumes Coralie Sanvoisin

Production Théâtre-Atelier de Piotr Fomenko Coproduction et production déléguée de la tournée française Théâtre du Nord / CDN – Lille-Tourcoing – Région Hauts de France Avec le soutien de L’Institut Français dans le cadre de son programme Théâtre Export et de l’Institut français de Russie.

"Le théâtre de Fomenko était une infinie vibration et Rauck se glisse dans ses traces. Dans une très belle scène, le plateau devient un champ de chandeliers allumés et l’on voit Alcmène s’y promener en sautillant, en dansant, en jouant avec la lumière des bougies qui s’allument, s’éteignent, s’allument encore tels les sentiments de ces êtres chamboulés par la façon dont ils constatent qu’une nuit de plaisir ne détruit pas l’amour d’une vie." MEDIAPART - Jean-Pierre Thibaudat

"On les appelle affectueusement les «Fomenkis», acteurs de la troupe de l’atelier-théâtre Fomenko, tous sortis de la classe que le célèbre metteur en scène russe a dirigé en 1990 au sein du Gitis, la plus grande école de théâtre moscovite, et considérés comme d’une génération d’exception. C’est la première fois qu’un metteur en scène français les dirige." LIBÉRATION - Frédérique Roussel
 

"jamais encore un Français n’avait été officiellement invité dans ce haut-lieu du théâtre moscovite né en 1993 d’un groupe d’étudiants de Piotr Fomenko formé à la très prestigieuse école du Gitis (Institut d’État d’art théâtral)." LA VOIX DU NORD - Jean-marie Duhamel


"Des comédiens russes dirigés par un metteur en scène français, cela donne un « Amphitryon » de Molière décapant, drôle, que le public moscovite a déjà adopté, en attendant que le public français ne le découvre " RFI - Muriel Pomponne

"Le théâtre de Fomenko était une infinie vibration et Rauck se glisse dans ses traces. Dans une très belle scène, le plateau devient un champ de chandeliers allumés et l’on voit Alcmène s’y promener en sautillant, en dansant, en jouant avec la lumière des bougies qui s’allument, s’éteignent, s’allument encore tels les sentiments de ces êtres chamboulés par la façon dont ils constatent qu’une nuit de plaisir ne détruit pas l’amour d’une vie." MEDIAPART - Jean-Pierre Thibaudat

"On les appelle affectueusement les «Fomenkis», acteurs de la troupe de l’atelier-théâtre Fomenko, tous sortis de la classe que le célèbre metteur en scène russe a dirigé en 1990 au sein du Gitis, la plus grande école de théâtre moscovite, et considérés comme d’une génération d’exception. C’est la première fois qu’un metteur en scène français les dirige." LIBÉRATION - Frédérique Roussel
 

"jamais encore un Français n’avait été officiellement invité dans ce haut-lieu du théâtre moscovite né en 1993 d’un groupe d’étudiants de Piotr Fomenko formé à la très prestigieuse école du Gitis (Institut d’État d’art théâtral)." LA VOIX DU NORD - Jean-marie Duhamel


"Des comédiens russes dirigés par un metteur en scène français, cela donne un « Amphitryon » de Molière décapant, drôle, que le public moscovite a déjà adopté, en attendant que le public français ne le découvre " RFI - Muriel Pomponne

"Le théâtre de Fomenko était une infinie vibration et Rauck se glisse dans ses traces. Dans une très belle scène, le plateau devient un champ de chandeliers allumés et l’on voit Alcmène s’y promener en sautillant, en dansant, en jouant avec la lumière des bougies qui s’allument, s’éteignent, s’allument encore tels les sentiments de ces êtres chamboulés par la façon dont ils constatent qu’une nuit de plaisir ne détruit pas l’amour d’une vie." MEDIAPART - Jean-Pierre Thibaudat

"On les appelle affectueusement les «Fomenkis», acteurs de la troupe de l’atelier-théâtre Fomenko, tous sortis de la classe que le célèbre metteur en scène russe a dirigé en 1990 au sein du Gitis, la plus grande école de théâtre moscovite, et considérés comme d’une génération d’exception. C’est la première fois qu’un metteur en scène français les dirige." LIBÉRATION - Frédérique Roussel
 

"jamais encore un Français n’avait été officiellement invité dans ce haut-lieu du théâtre moscovite né en 1993 d’un groupe d’étudiants de Piotr Fomenko formé à la très prestigieuse école du Gitis (Institut d’État d’art théâtral)." LA VOIX DU NORD - Jean-marie Duhamel


"Des comédiens russes dirigés par un metteur en scène français, cela donne un « Amphitryon » de Molière décapant, drôle, que le public moscovite a déjà adopté, en attendant que le public français ne le découvre " RFI - Muriel Pomponne

"Le théâtre de Fomenko était une infinie vibration et Rauck se glisse dans ses traces. Dans une très belle scène, le plateau devient un champ de chandeliers allumés et l’on voit Alcmène s’y promener en sautillant, en dansant, en jouant avec la lumière des bougies qui s’allument, s’éteignent, s’allument encore tels les sentiments de ces êtres chamboulés par la façon dont ils constatent qu’une nuit de plaisir ne détruit pas l’amour d’une vie." MEDIAPART - Jean-Pierre Thibaudat

"On les appelle affectueusement les «Fomenkis», acteurs de la troupe de l’atelier-théâtre Fomenko, tous sortis de la classe que le célèbre metteur en scène russe a dirigé en 1990 au sein du Gitis, la plus grande école de théâtre moscovite, et considérés comme d’une génération d’exception. C’est la première fois qu’un metteur en scène français les dirige." LIBÉRATION - Frédérique Roussel
 

"jamais encore un Français n’avait été officiellement invité dans ce haut-lieu du théâtre moscovite né en 1993 d’un groupe d’étudiants de Piotr Fomenko formé à la très prestigieuse école du Gitis (Institut d’État d’art théâtral)." LA VOIX DU NORD - Jean-marie Duhamel


"Des comédiens russes dirigés par un metteur en scène français, cela donne un « Amphitryon » de Molière décapant, drôle, que le public moscovite a déjà adopté, en attendant que le public français ne le découvre " RFI - Muriel Pomponne

autour du spectacle

  • dim 21 mai 17:30