Vous êtes ici

ONÉGUINE

  • D'APRÈS EUGÈNE ONÉGUINE DE
    Alexandre Pouchkine
  • TRADUCTION
    André Markowicz
  • MISE EN SCÈNE
    Jean Bellorini
  • RÉALISATION SONORE
    Sébastien Trouvé
© Serge Bloch
  • 23 Mars 2019 - 20 Avril 2019
du lundi au samedi à 20h30, dimanche à 16h, Relâche le mardi et le mercredi sauf le mercredi 17 avril
Durée
2h – salle Mehmet Ulusoy

Eugène Onéguine est un esthète, qui aime le luxe et la fête. Tatiana, jeune fille noble de la campagne, belle et sombre, tombe amoureuse de lui, dans une forme de pureté et d’intransigeance douloureuse. Il l’éconduit avec une certaine indolence. Par désœuvrement, il séduit lors d’un bal la fiancée de son meilleur ami. Ce dernier, fou de douleur, le provoque en duel. Eugène le tue, malgré lui. Le sang du jeune homme teinte la neige de rouge…
Le roman en vers d’Alexandre Pouchkine, écrit à partir de 1823, occupe une place unique dans le panthéon de la littérature russe. Mêlant les styles avec aisance, il est, tour à tour, poème éclatant dardant les feux d’une culture éternelle, poème clairvoyant sur la vanité de l’existence et la perte des illusions, poème léger comme une ritournelle que l'on apprend enfant et que l’on garde, talisman précieux, tout au long de sa vie.

Une œuvre qui « appelle à vivre », comme le dit son traducteur André Markowicz, car empreinte d’intelligence et de vigueur, de gravité et de drôlerie. La version française à laquelle il a travaillé plus de vingt ans est exceptionnelle, car rimée au plus proche du rythme et de la musicalité du texte original.

Jean Bellorini, fidèle à ses passions littéraires et à ses amitiés artistiques, reforme le quintette d’Un fils de notre temps. Dans un dispositif bifrontal, il fait entendre le poème par le biais de casques. Les voix enveloppent les spectateurs, formant chœurs et chuchotements. S’y mêle une bande sonore et musicale, composée par Sébastien Trouvé, à partir d’extraits de l’opéra éponyme de Piotr Tchaïkovski. Tatiana, isolée et libre, occupe le centre du plateau. Autour d’elle, les acteurs, multiples Onéguine. Le roman se déploie, entrelaçant les thèmes dans une série de tableaux concis et vifs.

Et le coeur n’avait besoin de rien

Quand je buvais cette chaleur brûlante

La montagne aérienne d’Onéguine

Comme un nuage se tenait au-dessus de moi.

Anna Akhmatova 

Avec Clément Durand, Gérôme Ferchaud, Antoine Raffalli, Matthieu Tune, Mélodie-Amy Wallet

Scénographie, lumière Jean Bellorini | Assistanat à la mise en scène Mélodie-Amy Wallet

Composition originale librement inspirée de l'opéra Eugène Onéguine de Piotr Tchaïkovski enregistrée et arrangée par Sébastien Trouvé et Jérémie Poirier-Quinot
Flûte Jérémie Poirier-Quinot
Violons Florian Mavielle, Benjamin Chavrier
Alto Emmanuel François
Violoncelle Barbara Le Liepvre
Contrebasse Julien Decoret
Euphonium Anthony Caillet

Le texte est publié aux éditions Actes Sud, collection Babel.

Production Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

"Jamais n'a-t-on aussi bien goûté ce texte enchanteur, vif et léger comme une fable" LE CANARD ENCHAÎNÉ - Jean-Luc Porquet

"Jean Bellorini trouve une forme aussi étonnante qu’époustouflante pour mettre en scène le roman en vers d’Alexandre Pouchkine." LE FIGARO - Armelle Héliot

"Faire entendre Onéguine tout un art. (...) Une alliance se noue entre les voix des comédiens et les sons, des images naissent dans l'imagination. Ainsi naît le théâtre d'une écoute fertile." LE MONDE - Brigitte Salino

"Jean Bellorini navigue en souplesse dans l’enivrante traduction d’André Markowicz. Il tisse le romanesque, bascule de l’ironie à la sentimentalité, de la brutalité à la tendresse, et ouvre en nous, ce faisant, l’imaginaire et le sensible." TÉLÉRAMA - Joelle Gayot

"Mise en scène avec ingéniosité et grâce par Jean Bellorini, contée par cinq jeunes comédiens ardents, l'œuvre phare de Pouchkine traduite par André Markowicz offre un beau voyage sonore et poétique." LES ÉCHOS - Philippe Chevilley

"Jean Bellorini adapte le chef-d’œuvre de Pouchkine dans un dispositif avec casques. Une belle et originale réussite." LA TERRASSE - Agnès Santi

"Jean Bellorini propose un Onéguine épuré et ludique qui met en valeur la sublime traduction d'André Markowicz" TRANSFUGE - Antoine du Jeu

"Une mise en scène sonore qui vous emporte loin, portée par des acteurs dont le jeu épuré donne à entendre merveilleusement ce texte, dans une adresse merveilleuse au spectateur (...)" L'HUMANITÉ - Marie-José Sirach

"Ce moment est d'une beauté boulervesante. Il y a quelque chose d'hypnotique dans la manière même dont on est enveloppé par le poème. Du grand théâtre rare et accessible." L’AVANT-SCÈNE THÉÂTRE - Armelle Héliot 

"André Markowicz a traduit Pouchkine avec une fluidité, une légèreté, un humour et une grande mélancolie. C’est bouleversant. Cette parole, dans cette mise en scène simple et fragile, va pouvoir être entendue dans des lieux qui ne sont pas forcément faits pour. C’est un spectacle généreux." LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Fabienne Pascaud 

C’est un spectacle merveilleux, magique, formidable. On a vraiment une mise en scène au service d’un texte qu’on entend remarquablement bien. Ce mélange de légèreté, d’humour dans un texte qui est tout à fait tragique est formidable. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - René Solis

Onéguine est un gros roman alliant romantisme et épopée et qui n’est pas facile à entendre. Là, on l’entend parfaitement grâce à ce système de sonorisation (…). C’est d’une grande intelligence littéraire. C’est vraiment le bon spectacle pédagogique dans toute la noblesse de ce que cela veut dire. LA DISPUTE - FRANCE CULTURE - Lucile Commeaux

"[...] C’est une expérience qui vous laissera sous le charme." REGARTS - Frédéric Manzini

"Se saisissant de cette matière poétique et incandescente, Jean Bellorini imagine un dispositif bifrontal, [...] où le public, équipé de casques, se trouve comme enveloppé par les voix, parfois chuchotées, parfois chorales des cinq comédiens." LA TERRASSE - Isabelle Stibbe

"[...] le théâtre existe pour "raconter le côté pluriel des choses", il appartient à tous et à chacun en même temps. L'aventure est à la fois intime, individuelle et collective." THÉÂTRAL MAGAZINE - Nathalie Simon

"J’ai envie de donner à entendre la poésie de ce très beau chant d’amour et de l’accorder à l’imaginaire du théâtre. C’est pour moi une évidence car le théâtre est lui-même poétique par essence et induit un imaginaire à la fois commun et singulier, propre à chacun." LE JOURNAL DE SAINT-DENIS - entretient de Jean Bellorini par Benoît Lagarrigue

"Strophes rythmées et octosyllabes fondent dans nos oreilles en un doux bruissement. Le voyage littéraire, sonore et visuel peut commencer." ARTS MOUVANTS 

"Une intimité remarquable : un sujet énorme – on parle d’un monument de la littérature russe – qu’on nous donne comme une friandise, comme un bijou précieux." THÉÂTRECATU - Thibault David 

"[...] n’hésitez pas, courez-y vous y ferez une fascinante virée [...]" WEBTHÉÂTRE - Dominique Darzacq

"Cela pourrait être monotone, ronronnant, c’est magnifique, rayonnant d’humour et de finesse." DÉLIBÉRÉ - René Solis

"On ne peut souhaiter qu’une longue vie à ce spectacle qui touchera sans doute les adultes comme la jeunesse." ART JUICE - JBH

autour du spectacle

  • dim 24 mar 2019 - 15:30

Dimanche 24 mars 2019, pendant que les parents assistent à la représentation d'En se couchant il a raté son lit ou d'Onéguine, les enfants participent à un atelier de pratique théâtrale.

  • dim 07 avr 2019 - 18:00

Dimanche 7 avril rencontre avec l'équipe artistique d'Onéguine à l’issue de la représentation