Vous êtes ici

LE MALADE IMAGINAIRE

  • DE
    Molière
  • MISE EN SCÈNE
    Claude Stratz
théâtre
LE MALADE IMAGINAIRE © Serge Bloch
  • 11 Septembre 2019 - 15 Septembre 2019
du mercredi au samedi à 20h, dimanche à 15h
Durée
: 2h – salle Roger Blin

Argan, mari tyrannisé, père abusif, se livre aveuglément aux médecins qui l’entretiennent dans un état maladif, entre fantasmes et névroses. Rendu à l’état végétatif, il ne voit d’espoir, pour sauvegarder sa santé, qu’en l’union de sa fille Angélique avec un homme de médecine. Son choix s’est porté sur Thomas Diafoirus, neveu dégénéré d’un charlatan. Angélique, éprise de Cléante qui lui fait la cour, travesti en maître de musique, refuse cette union que sa marâtre Béline encourage avec hypocrisie.

Ultime pièce de Molière qui meurt après la quatrième représentation, le 17 février 1673, alors qu’il interprète le rôle d’Argan, Le Malade imaginaire est l’une de ses oeuvres les plus abouties. Sous les attraits d’une comédie qui ose les archétypes de la farce – père obtus, amant masqué, soubrette rusée, mort feinte et quiproquo –, il s’agit aussi d’une sombre méditation sur la peur de la mort et la bêtise humaine. Au coeur du XVIIe siècle et de l’âge classique, le créateur du Misanthrope fait surgir l’analyse d’un comportement humain déréglé par nature, celui d’un hypocondriaque nourri d’obsessions, Narcisse réfléchi par le miroir de ses névroses.
On ne peut s’empêcher de voir derrière le personnage d’Argan l’auteur mourant. Le même thème, tragique dans la vie, devient comique sur la scène, et c’est avec son propre malheur que l’auteur choisit de faire rire. Pour cette brillante comédie-ballet, la troupe de la Comédie-Française reprend la mise en scène de Claude Stratz créée en 2001 et jouée régulièrement depuis avec succès.

ARGAN
Si bien donc que de ce mois j’ai pris une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept et huit médecines ; et un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze et douze lavements ; et l’autre mois il y avait douze médecines, et vingt lavements. Je ne m’étonne pas si je ne me porte pas si bien ce mois-ci que l’autre. 

Molière, Le Malade imaginaire, Acte I, scène 1

Comédie Française

Avec Alain Lenglet, Coraly Zahonero, Guillaume Gallienne, Julie Sicard, Christian Hecq, Yoann Gasiorowski, Elissa Alloula, Clément Bresson et Prune Bozo, Marthe Darmena, Marie de Thieulloy (en alternance)

Chant Jérôme Billy, Ronan Debois, Étienne Duhil de Bénazé, Élodie Fonnard, Jean-Jacques L'Anthoën, Donatienne Michel-Dansac (en alternance) | Clavecin Jorris Sauquet (sous réserve) | Scénographie et costumes Ezio Toffolutti | Lumière Jean-Philippe Roy | Musique originale Marc-Olivier Dupin | Maquillage, perruques, prothèses Kuno Schlegelmilch | Travail chorégraphique Sophie Mayer

Production Comédie-Française.