Partager   Delicious   linkedIn     twitter

BANLIEUES BLEUES

jazz en seine-saint-denis
27e festival


«Le coq et la pendule» Hommage à Claude Nougaro

André Ceccarelli (batterie), Pierre-Alain Goualch (piano), Diego Imbert (contrebasse), Zeaturing David Linx (chant)

Ce projet est une idée originale d’André Ceccarelli. Elle est tout simplement liée à son souhait de rendre hommage à son ami le poète, chanteur : Claude Nougaro. Il a dans un premier temps réuni à ses côtés Pierre-Alain Goualch et Diego Imbert pour former un trio dédié à cette démarche, puis associé à cette dynamique, le fantastique chanteur de jazz David Linx.
Ils se sont donnés rendez-vous en studio pour revisiter quelques unes des plus belles chansons interprétées par Claude Nougaro sur des arrangements de Pierre-Alain Goualch.

«Le Coq et la Pendule» est un voyage au cœur de l’univers du poète, aussi bien au travers de chansons composées pour lui que de reprises de standards célèbres qu’il affectionnait.



LA PRESSE EN PARLE

Pour revisiter l’œuvre de Nougaro, "Dédé" Ceccarelli a constitué un trio (Pierre-Alain Goualch, piano, et Diego Imbert, basse) qui met en valeur la puissance rythmique et la poésie retenue du chanteur-compositeur toulousain. Expert en scat, cet art de chanter en onomatopées, David Linx apporte son "petit grain de folie" (expression chère à Nougaro) à quelques chansons dont "Mademoiselle Maman" et "Une petite fille en pleurs".
Jean-Louis Lemarchand - La Tribune

Le batteur de jazz André Ceccarelli était un familier de Claude Nougaro, rencontré dans les clubs de jazz parisiens. Considéré comme l’un des dix meilleurs au monde, Dédé Ceccarelli rend hommage au Toulousain en compagnie du pianiste Pierre-Alain Goualch, du contrebassiste Diego Imbert et du chanteur David Linx.
Robert Migliori - La Croix

Hommage au petit grand Claude, lui qui aurait pétillé de joie à l’idée que ses amis jazzmen accostent et chahutent son œuvre, à leur manière.
Stéphane Carini - Les Dernières Nouvelles du Jazz

Présenté récemment au Duc des Lombards, le disque irradie du tendre respect qu’expriment, à fleur de notes, l’ami Dédé, le pianiste Pierre-Alain Goualch, le contrebassiste Diego Imbert et, sur cinq plages, David Linx. Ce vocaliste, tant aimé de Claude, avait chanté aux funérailles de celui-ci.
L’Humanité - 19/09/09