Vous êtes ici

QUAND J'ÉTAIS CHARLES

théâtre
  • TEXTE ET MISE EN SCÈNE
    Fabrice Melquiot
 © Serge BLOCH
  • 29 Janvier 2016 - 14 Février 2016
Reportage - Quand j'étais Charles
Reportage - Quand j'étais Charles

Pour Charles, il n’y a qu’un seul Charles : le grand Charles. Chaque vendredi à l’Attitude Club d’Avallon, le technico-commercial en machines agricoles prend place sous la boule à facettes du karaoké et interprète les chansons de son idole. Ce soir, c’est l’anniversaire de sa femme, Maryse. Elle est là, dans la salle, et si elle concède un clin d’œil en réponse à la dédicace qu’il vient de lui adresser, elle va bientôt laisser Charles seul avec son Aznavour – sans lequel le tocsin de l’église de Lormes aurait déjà sonné pour l’un des deux époux... Eternelle doublure plusieurs fois doublée, le mari délaissé raconte sa détermination à aimer Maryse en dépit de ses infidélités et à écrire à Charles en dépit de son silence.

Paré de masques et d’une veste en lamé, Vincent Garanger porte les voix multiples qui tracent cette vie manquée, de concours de Moiss’Batt’ Cross à la Fête de l’agriculture en appels au secours au marabout Golo. Attaché aux paroles du grand Charles plus qu’au grand Charles lui-même, Charles – qui ne croit plus en Dieu depuis qu’il a raté un brochet en 1997 – voudrait trouver dans ses mots de quoi dissiper le flou de l’existence et fixer le hasard comme on pose une belle prise en trophée au-dessus de la cheminée. Hommage aux grands airs d’Aznavour et à la musique populaire qui met des paillettes dans les soirées de province, le texte de Fabrice Melquiot dresse le portrait d’un « forcené du cœur », de ceux qui parlent clair, qui disent tout, qui déclarent, et qui promettent d’aimer par-delà les promesses.

 

Je suis un meneur d’hommes dans l’âme (…). Y’a qu’à me voir en karaoké. 

Quand j’étais Charles

Avec Vincent Garanger

musique et arrangements Simon Aeschimann | lumière Mickaël Pruneau | sculptures et masques Judith Dubois, Kristelle Paré | constructions décors Les ateliers du Préau | costumes Malika Maçon 
L'Arche est éditeur et agent du texte représenté.

• Production Le Préau CDR de Basse-Normandie. Avec le soutien de la ville de Vire pour la diffusion en Avignon.
Reportage - Quand j'étais Charles

« Quand j’étais Charles est une magnifique pièce sur l’art du quotidien, sur l’âme d’artiste, sur l’idéalisme de chacun de nous, et finalement sur le bonheur du jeu et du théâtre. » Anne Calléoc - Les 3 coups

« Vincent Garanger est grandiose dans ce rôle, qu’il marquera à jamais. Il tient le spectacle d’un bout à l’autre par la justesse et la variété de son jeu. » Fabrice Chêne - Les 3 coups

« Une logorrhée coup de poing qui met en lumière la densité de l'écriture de Melquiot et la présence scénique incroyable de Vincent Garanger. » Audrey Jean - théâtres.com

« Le monologue vibrant d'un homme qui aime avec les mots des autres, servi par un acteur incandescent » Catherine Robert - La Terrasse

« Le texte de Fabrice Melquiot semble écrit sur mesure pour le comédien Vincent Garanger, qui l’interprète avec une justesse sidérante. » Camille Scordia - Un Fauteuil pour l'Orchestre

 

 

« Quand j’étais Charles est une magnifique pièce sur l’art du quotidien, sur l’âme d’artiste, sur l’idéalisme de chacun de nous, et finalement sur le bonheur du jeu et du théâtre. » Anne Calléoc - Les 3 coups

« Vincent Garanger est grandiose dans ce rôle, qu’il marquera à jamais. Il tient le spectacle d’un bout à l’autre par la justesse et la variété de son jeu. » Fabrice Chêne - Les 3 coups

« Une logorrhée coup de poing qui met en lumière la densité de l'écriture de Melquiot et la présence scénique incroyable de Vincent Garanger. » Audrey Jean - théâtres.com

« Le monologue vibrant d'un homme qui aime avec les mots des autres, servi par un acteur incandescent » Catherine Robert - La Terrasse

« Le texte de Fabrice Melquiot semble écrit sur mesure pour le comédien Vincent Garanger, qui l’interprète avec une justesse sidérante. » Camille Scordia - Un Fauteuil pour l'Orchestre

 

 

« Quand j’étais Charles est une magnifique pièce sur l’art du quotidien, sur l’âme d’artiste, sur l’idéalisme de chacun de nous, et finalement sur le bonheur du jeu et du théâtre. » Anne Calléoc - Les 3 coups

« Vincent Garanger est grandiose dans ce rôle, qu’il marquera à jamais. Il tient le spectacle d’un bout à l’autre par la justesse et la variété de son jeu. » Fabrice Chêne - Les 3 coups

« Une logorrhée coup de poing qui met en lumière la densité de l'écriture de Melquiot et la présence scénique incroyable de Vincent Garanger. » Audrey Jean - théâtres.com

« Le monologue vibrant d'un homme qui aime avec les mots des autres, servi par un acteur incandescent » Catherine Robert - La Terrasse

« Le texte de Fabrice Melquiot semble écrit sur mesure pour le comédien Vincent Garanger, qui l’interprète avec une justesse sidérante. » Camille Scordia - Un Fauteuil pour l'Orchestre

 

 

« Quand j’étais Charles est une magnifique pièce sur l’art du quotidien, sur l’âme d’artiste, sur l’idéalisme de chacun de nous, et finalement sur le bonheur du jeu et du théâtre. » Anne Calléoc - Les 3 coups

« Vincent Garanger est grandiose dans ce rôle, qu’il marquera à jamais. Il tient le spectacle d’un bout à l’autre par la justesse et la variété de son jeu. » Fabrice Chêne - Les 3 coups

« Une logorrhée coup de poing qui met en lumière la densité de l'écriture de Melquiot et la présence scénique incroyable de Vincent Garanger. » Audrey Jean - théâtres.com

« Le monologue vibrant d'un homme qui aime avec les mots des autres, servi par un acteur incandescent » Catherine Robert - La Terrasse

« Le texte de Fabrice Melquiot semble écrit sur mesure pour le comédien Vincent Garanger, qui l’interprète avec une justesse sidérante. » Camille Scordia - Un Fauteuil pour l'Orchestre

 

 

« Quand j’étais Charles est une magnifique pièce sur l’art du quotidien, sur l’âme d’artiste, sur l’idéalisme de chacun de nous, et finalement sur le bonheur du jeu et du théâtre. » Anne Calléoc - Les 3 coups

« Vincent Garanger est grandiose dans ce rôle, qu’il marquera à jamais. Il tient le spectacle d’un bout à l’autre par la justesse et la variété de son jeu. » Fabrice Chêne - Les 3 coups

« Une logorrhée coup de poing qui met en lumière la densité de l'écriture de Melquiot et la présence scénique incroyable de Vincent Garanger. » Audrey Jean - théâtres.com

« Le monologue vibrant d'un homme qui aime avec les mots des autres, servi par un acteur incandescent » Catherine Robert - La Terrasse

« Le texte de Fabrice Melquiot semble écrit sur mesure pour le comédien Vincent Garanger, qui l’interprète avec une justesse sidérante. » Camille Scordia - Un Fauteuil pour l'Orchestre

 

 

autour du spectacle

  • jeu 14 jan 20:30

Jeudi 14 janvier à 20h30 au cinéma l'Écran de Saint-Denis - séance en préambule des représentations de Quand j'étais Charles de Fabrice Melquiot du 29 janvier au 24 février au TGP

  • dim 7 fév 17:30

Rencontre avec l'équipe artistique de Quand j'étais Charles le dimanche 7 février 2016 à l'issue de la représentation