Vous êtes ici

LE SUICIDÉ

théâtre

  • de
    Nicolaï Erdman
  • mise en scène
    Jean Bellorini
  • Avec la troupe du Berliner Ensemble
12 Octobre 2016 > 16 Octobre 2016
© Serge Bloch

Invité l’hiver dernier à mettre en scène la prestigieuse troupe du Berliner Ensemble, Jean Bellorini a choisi Le Suicidé, farce subversive du Russe Nicolaï Erdman, écrite en 1928 et interdite en URSS jusqu’en 1987. Elle a pour personnage principal un chômeur, Sémione Sémionovitch, dont la fringale nocturne de saucisson de foie va avoir des conséquences inattendues. Parce qu’il l’a réveillée, une dispute éclate avec Macha, sa femme. Dans sa fureur, Sémione menace de pousser bientôt « son dernier soupir », puis disparaît. Mouvement de panique : Macha implore les habitants de l’appartement communautaire de l’empêcher de passer à l’acte. Sémione, seulement parti dans la cuisine pour soulager sa faim, comprend bientôt la confusion et la tourne à son avantage : feindre qu’il va se tuer lui « facilite la vie ». Mais le bruit court vite, de nombreux intéressés le pressent maintenant de mourir pour une vraie cause : chacun la sienne. Car « ce qu’un vivant peut penser, seul un mort peut le dire ».

Aussi drôle que glaçante, la pièce est une véritable mécanique de précision, une partition idéale pour des acteurs de cette virtuosité. En musique et en chansons, ces derniers magnifient chaque personnage, en composent un choeur vibrant. Ces petites gens, notables, ecclésiastiques, commerçants – archétypes bouleversants et pathétiques – persistent à trouver un sens à leur monde, bien que tous les repères en aient été détruits. Dans un dédale d’escaliers, rencontres fortuites, délires collectifs et instants de lucidité fulgurante s’enchaînent. Au bout de cette course folle, quand les décors et les masques sont déposés, le théâtre demeure pourtant, comme une immense déclaration d’amour à la vie.

Auf die Gesundheit der Massen!*

Nicolaï Erdman, Der Selbstmörder

* « À la santé des Masses ! » Nicolas Erdman, Le Suicidé

Avec la troupe du Berliner Ensemble : Carmen-Maja Antoni, Annemarie Brüntjen, Anke Engelsmann, Ursula Höpfner-Tabori, Hanna Jürgens, Michael Kinkel, Matthias Mosbach, Joachim Nimtz, Luca Schaub, Martin Schneider, Veit Schubert, Felix Tittel, Georgios Tsivanoglou
et les musiciens Philipp Kullen (batterie), Timofey Sattarov (accordéon)

Traduction allemande Thomas Reschke | Traduction française André Markowicz | Assistanat à la mise en scène et costumes Camille de La Guillonnière | Assistanat aux costumes Wicke Naujoks | Dramaturgie Dietmar Böck, Miriam Lüttgemann | Lumière Jean Bellorini, Ulrich Eh

Production Berliner Ensemble. Avec le soutien du Goethe Institut et de l’Institut Français – Théâtre export 2016.

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

Toujours attentif à restituer la musicalité du texte, Bellorini mène de main de maître les comédiens du Berliner Ensemble, biberonnés à Brecht. Comme eux, le metteur en scène aime jouer sur les contrastes et s’amuser avec les conventions théâtrales. En vrai chef d’orchestre, il impose un rythme soutenu, aidé aussi par la présence de musiciens sur le plateau.
LES TROIS COUPS - Léna Martinelli

Directors face an uphill battle when staging a play in a language they don’t speak, but Bellorini’s instincts align with the Berliner Ensemble’s.
FINANCIAL TIMES - Laura Cappelle

Le plaisir est grand à suivre cette comédie au rythme de cavalcade.
TÉLÉRAMA - Emmanuelle Bouchez

Un double événement puisque la troupe fondée par Brecht n’était plus venue dans la cité dionysienne depuis près de cinquante ans et que la mise en scène du spectacle, créé à Berlin, est signée par le directeur du TGP de Saint-Denis, Jean Bellorini.
LA CROIX - Didier Méreuze

De cette pièce géniale, qui fut interdite du vivant de Nicolaï Erdman (1900-1970), Jean Bellorini donne au Berliner une version resserrée, tout du long baignée dans une ambiance foraine comme il les aime et sait les mettre en scène.
LE MONDE - Brigitte Salino

Il n'y a pas de maillon faible. Les quatorze comédiens et deux musiciens sur scène impriment un rythme d'enfer à cette fable noire.
LES ECHOS - Philippe Chevilley

autour du spectacle

  • dim 16 oct 17:30