Vous êtes ici

LA DOUBLE INCONSTANCE (OU PRESQUE)

  • DE
    Marivaux
  • ADAPTATION ET MISE EN SCÈNE
    Jean-Michel Rabeux
© Serge Bloch
  • 3 Mars 2018 - 25 Mars 2018
du lundi au samedi à 20h, dimanche à 15h30, Relâche le mardi
Durée
Durée : 1h40 – salle Roger Blin
La Double Inconstance (ou presque) - Teaser
La Double Inconstance (ou presque) - Teaser

Sylvia aime Arlequin, qui l’aime en retour. Mais le Prince tombe amoureux de Sylvia ; il l’enlève et l’enferme dans son palais.
Puis il envoie Flaminia à la conquête d’Arlequin. Les jeunes amants se laissent subjuguer par leurs nobles et riches séducteurs.
Dans leur double inconstance, ils se révèlent cruels et égoïstes.
Marivaux cisèle une heureuse issue, puisque les coeurs savent s’enflammer plusieurs fois…

Personne n’est réellement dupe. Sous le langage galant, la violence des rapports est exacerbée. Car ce que Marivaux ne cesse de dénoncer, c’est l’abus de pouvoir : des hommes sur les femmes, des riches sur les pauvres.
L’enjeu de ces joutes – amoureuses, sociales – est la possession des corps. La destruction est possible, souhaitée, voire fascinante pour les personnages. Il y a du Laclos, pour ne pas dire du Sade, chez Marivaux.

Pour autant, il ne s’agit pas pour Jean-Michel Rabeux de « verdir » particulièrement le propos. Il aborde cette nouvelle création avec l’intention de la rendre la plus accessible possible. Pas d’érotisation superflue, pas de provocation inutile, mais de la liberté ! L’ambiguïté des genres, la pudeur et l’impudeur, le travestissement seront présents, puisqu’ils sont inhérents à l’oeuvre du dramaturge. Les acteurs familiers de la compagnie joueront cette partition savante dans un décor onirique aux allures palatines, un labyrinthe d’escaliers dont on ne peut s’échapper.


TRIVELIN :
Ne faut-il pas être raisonnable ?

SYLVIA :
Non, il ne faut pas.

Marivaux, La Double Inconstance


     

Avec Morgane Arbez, Aurélia Arto, Claude Degliame, Hugo Dillon, Roxane Kasperski, Christophe Sauger

Décor Noémie Goudal | Lumière Jean-Claude Fonkenel | Son Cédric Colin | Costumes Jean-Michel Rabeux | Assistanat à la mise en scène Geoffrey Coppini, Antonin Delom

Production déléguée : La Compagnie. Coproduction : La Compagnie, La rose des vents scène nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq, Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis, La Barcarolle – EPCC spectacle vivant Audomarois, Le Bateau feu, scène nationale de Dunkerque. La Compagnie est subventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Île-de-France et soutenue par la région Île-de-France au titre de la permanence artistique et culturelle.

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

« Au sein d’un très beau décor en trompe-l’œil signé de la plasticienne-photographe Noémie Goudal, cette Double Inconstance touche au plus juste.» Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE

« Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante. » M.M - FROGGY'S DELIGHT

« Sur le plateau, cerné de hautes colonnes en ruine, la comédie des sentiments qui s’expose pulvérise le conformisme mou dans lequel on se drape lâchement. » Joelle Gayot - TÉLÉRAMA

« Auteur et ardent militant du « théâtre pour tous », Rabeux a imaginé une mise en scène diaboliquement pétillante et, une fois encore, rappelle qu’il sait, mieux que quiconque, renverser les conceptions scéniques traditionnelles et imposer un style furieusement personnel. » Serge Bressan - LA GRANDE PARADE

«"Jean-Michel Rabeux use, avec virtuosité, de tous les registres" Didier Méreuze - LA CROIX

autour du spectacle

  • dim 04 mar 2018 - 15:30

avec Agata le Bris
dimanche 4 mars 
pour les enfants de 5 à 12 ans
 

  • dim 11 mar 2018 - 15:30

dimanche 11 mars à 15h30
Pour La Double Inconstance (ou presque) 
Représentation précédée d’une visite tactile du décor et des costumes

  • dim 11 mar 2018 - 17:00

à l’issue de la représentation