Vous êtes ici

EICHMANN À JÉRUSALEM

théâtre
création

ou LES HOMMES NORMAUX NE SAVENT PAS QUE TOUT EST POSSIBLE

  • DE
    Lauren Houda Hussein
  • MISE EN SCENE
    Ido Shaked / Théâtre Majâz
Teaser - Eichmann à Jérusalem
Teaser - Eichmann à Jérusalem


 

Adolf Eichmann a été jugé en 1961 en Israël, à Jérusalem, et plus précisément dans un théâtre, La Maison du peuple, transformé à cette seule occasion en tribunal. Aujourd’hui, Le Théâtre Majâz fait également de la scène le lieu d’examen de la construction de l’Histoire et de sa transmission. Loin de reconstituer la vie ou le procès du haut fonctionnaire nazi, il réinterroge dans le bourreau la dualité entre « homme » et « monstre » qui a connu un retentissement international lors de ce premier procès intégralement filmé mais qui, selon Lauren Houda Hussein et Ido Shaked, a des racines bien plus anciennes que le XXe siècle et bien plus larges que la seule Allemagne nazie. Plongeant dans la transcription de l’interrogatoire-fleuve d’Eichmann, l’auteur et le metteur en scène ont été frappés non seulement par la « banalité du Mal » pointée par Hannah Arendt et d’autres philosophes, mais par l’interchangeabilité des propos de défense avec ceux de tous les auteurs de génocides, à travers le monde et à travers les âges.

Alors que le nom d’Eichmann provoque à lui seul l’angoisse et la sidération, il apparaît finalement qu’il n’y a personne dans la cage de verre. Eichmann, puisqu’il est remplaçable, n’est personne en particulier. Si c’est un monstre, on ne peut pas le juger. Si c’est un homme, que raconte-t-il de l’humanité? Pour faire résonner les questions qu’a suscitées ce procès, les comédiens munis d’archives procèdent à une enquête, entre réalité et fiction. L’objectif est de sonder le phénomène – qui perdure, et même s’accentue – de mise à distance entre tueurs et victimes, de dissociation entre ordre d’assassiner et crime, et de rassemblement d’hommes-rouages épars sous les étendards de l’épuration, du nettoyage et de l’expansion idéologique.

 

Nos sidérations se sont rencontrées, une forme dans le chaos, un rassemblement de nos hasards identifiés. Nous étions tous là, au rendez-vous de notre perte.

Eichmann à Jérusalem

Avec Lauren Houda Hussein, Sheila Maeda, Caroline Panzera, Mexianu Medenou, Raouf Raïs, Arthur Viadieu, Charles Zévaco

 

dramaturgie Yaël Perlman | lumière Victor Arancio | son Thibaut Champagne | costumes Sara Bartesaghi Gallo | Assistante à la mise en scène Clara Benoit-Casanova

 

•Coproduction Théâtre Gérard Philipe, Centre dramatique national de Saint-Denis, ARCADI, Île-de France. Avec le soutien du Ministère de la Culture, DRAC Ile-de-France et du département de la Seine-Saint-Denis dans le cadre du dispositif In Situ et la participation des Archives Nationales de Pierrefitte et du Studio Théâtre d’Alfortville.
Teaser - Eichmann à Jérusalem

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

« Traiter sur scène du procès d’Eichmann qui s’est tenu à Jérusalem en 1961, voilà un défi théâtral considérable. » Eric Demey - La Terrasse

« L'organigramme de l'organisation chargée de la déportation au sein du Reich est dessiné à la craie sur le plateau durant le spectacle comme une pièce dans le dossier d'un jugement au tribunal des prud'hommes. » Laurent Coudol - froggy’s delight

« Ce qui est dit, ce sont les minutes du procès, la voix des rescapés, une partie de la correspondance d’Hannah Arendt et de Gershom Sholem, en désaccord sur la « banalité du mal ». Mais toute cette matière le montage l’organise. » Micheline Rousselet - SNES 

« Le Théâtre Majâz poursuit sa route pour comprendre le monde et il est bon de faire un bout de chemin avec lui. » Camille Hazard - Un Fauteuil pour l’Orchestre

« Le spectecle trouve son originalité dans sa dramaturgie à sept voix, qui fait ressortir efficacement l'intenable stratégie de défense de cet homme [...].» Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« Le spectacle, porté par une troupe de comédiens et comédiennes formidables de justesse, est une leçon d’histoire salutaire à un moment où la mémoire s’effiloche trop souvent.» Benoît Lagarrigue, Le Journal de Saint-Denis

« Ce qui est intéressant, c’est la façon dont la troupe le restitue : d’une manière radicale, sans pathos, mais non sans ironie, parfois.» Brigitte Salino - Le Monde

« Après la Maison du peuple qui fut le théâtre du procès, le théâtre Gérard Philipe se transforme à son tour en tribunal pour une grande leçon d’Histoire mais surtout, un grand moment de théâtre.» Marianne Guernet-Mouton - Arkult.fr

« Un théâtre engagé servi par une jeune troupe audacieuse, une parole salutaire qui prolonge la réflexion longtemps après le noir final.» Audrey Jean - Théâtres.com 

« À Saint-Denis, le Théâtre Majâz plonge dans les archives du procès Eichmann pour questionner notre conscience contemporaine : obéissance versus résistance. Magistral.» Fabienne Arvers - Les inrockuptibles

autour du spectacle

  • jeu 17 mar 20:00

Jeudi 17 mars à 20h
Avec Michalis Boliakis (clavier), Hugo Sablic (percussions). Invité : Olivier Stankiewicz (hautbois)
et la participation des élèves de l'atelier piano du conservatoire de Saint-Denis

  • dim 20 mar 18:30

  • sam 26 mar 14:00

Samedi 26 mars à 14h
Avec
Violaine Challéat-Fonck (archiviste), Christian Delage (historien et réalisateur), Lauren Hussein et Ido Saked (auteure et metteur en scène), Sergeï Loznitsa (cinéaste), Bertrand Ogilvie (philosophe).
Modération : Jean Lebrun

  • dim 27 mar 18:30